Les Têtes de l’art – visites en quelques mots

Les Têtes de l’art – visites

Les Têtes de l’art – visites sont nées de la volonté de faire visiter Paris, ses monuments et ses musées avec un seul souhait : partager. Décalées ou plus classiques, mes visites et promenades guidées sont totalement adaptables à vos besoins et demandes spécifiques. Pour se faire une idée, pourquoi ne pas faire un petit tour dans mon catalogue ?

© Les têtes de l'art - visitesMarie-Anne Léourier, guide-conférencière titulaire de la carte professionnelle (GC N°129264P), diplômée de l’École du Louvre et de Paris-IV Sorbonne en Histoire de l’art, ethnologie et médiation culturelle,  vous propose de vous guider dans la petite et la grande histoire de Paris !

En parlant de petite histoire… voici la mienne.

© Les têtes de l'art - visites

C’est avec cette statue que tout a commencé ! C’est grâce à elle que je suis devenue une Tête de l’art. Cette révélation, je l’ai eue enfant au Musée Dapper et je ne m’en suis pas remise. Lorsqu’il m’a fallu, plus tard, choisir une orientation, ce fut l’histoire de l’art et l’École du Louvre, puisque seul cet établissement  me permettait d’étudier l’art africain dès la première année… Cette statue, croisée et recroisée dans les livres, j’ai appris à la connaître et à la comprendre… Et puis j’ai eu envie à mon tour de la faire aimer. En plus de mon activité de conférencière, j’ai aujourd’hui l’immense chance de pouvoir à mon tour enseigner cette spécialité au sein de l’École du Louvre aux élèves de 1er, 2e et 3e années.

La page Facebook des Têtes de l’art – visites vous attend également. Vous y trouverez des actualités et des questions patrimoine.

Vous pouvez aussi nous suivre sur instagram : tetes_de_lart et sur Twitter : tetedartvisite

Pour plus de renseignements : info@têtesdelartvisites.com

Capture d’écran 2016-03-23 à 09.41.35

 

Les prochaines expositions parisiennes

Capture d’écran 2016-03-22 à 22.09.10

Voici un petit aperçu, non exhaustif, des expositions parisiennes que je vous propose de découvrir en visites guidées avec Les Têtes de l’art – visites.

Musée du quai Branly (37 quai Branly, 75007 Paris)

  • Peintures des lointains (30 janvier 2018 – 03 février 2019)
  • Madagascar (18 septembre 2018 – 1er janvier 2019) – COUP DE CŒUR
  • Fendre l’air, l’art du bambou japonais (27 novembre 2018 – 07 avril 2019)
  • Océanie (12 mars – 07 juillet 2019)
  • Félix Fénéon, les arts lointains (28 mai – 29 septembre 2019)
  • Frapper le fer

Musée de l’homme (17 Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75116 Paris)

  • Néandertal, l’Expo (28 mars 2018 – 07 janvier 2019)

Musée Cernuschi (7 Avenue Velázquez, 75008 Paris)

  • Trésors de Kyoto : trois siècle de création (octobre 2018 – janvier 2019)

Musée Guimet (6 place d’Iéna, 75116 Paris)

  • L’ère Meiji (1868-1912) (17 octobre 2018 – 14 janvier 2019)

Grand-Palais (3 avenue du Général-Eisenhower, 75008 Paris)

  • Joan Miro, la couleur de mes rêves (3 octobre 2018 – 4 février 2019)
  • Venise ! un XVIIIe siècle éblouissant  (26 septembre 2018 – 21 janvier 2019)
  • Michael Jackson, On the Wall  (23 novembre 2018 – 14 février 2019)
  • La Lune, du voyage réel aux voyages imaginaires (04 avril – 22 juillet 2019)
  • Rouge, l’art au pays des Soviets (21 mars – 1er juillet 2019)
  • Noir et Blanc, Chefs-d’œuvre de la photographie de la BNF (04 avril – 08 juillet 2019)
  • Toulouse-Lautrec (09 octobre  2019 – 27 janvier 2020)
  • Le Greco (octobre 2019 – janvier 2020)

Musée du Luxembourg (19 rue de Vaugirard, 75006 Paris)

  • Alfons Mucha (12 septembre 2018 – 27 janvier 2019)
  • Les décors Nabis, un frisson nouveau  (25 mars – 7 juillet 2019)

Musée d’Orsay (1 Rue de la Légion d’Honneur, 75007 Paris)

  • Picasso, bleu et rose (18 septembre 2018 – 06 janvier 2019)
  • Eiffel et Paris (20 novembre 2018 – 24 février 2019)
  • Le modèle noir de Géricault à Matisse (26 mars  14 juillet 2019)
  • Le Talisman de Sérusier : le droit de tout oser (29 janvier  – 28 avril 2019)
  • Berthe Morisot, femmes impressionniste (18 juin – 22 septembre 2019)
  • Gaudi et l’art Nouveau (2021)

Musée de Cluny (6 Place Paul Painlevé, 75005 Paris)

  • Magiques licornes (15 juillet 2018 – mi février 2019)
  • Naissance de la sculpture gothique. Saint Denis, Paris, Chartes (10 octobre 2018 – 07 janvier 2019)

Musée du Louvre (Rue de Rivoli, 75001 Paris)

  • Royaumes oubliés : les héritiers de l’empire hittite (17 avril – 29 juillet 2019)
  • Léonard de Vinci (24 octobre 2019 – 24 février 2020)
  • Taharqa, Pharaon des Deux Terres (15 octobre 2020 – 31 janvier 2021)
  • Civilisations et cultures sur les routes de la soie (2021)
  • Le trésor du Saint-Esprit

Musée Marmottan (2 rue Louis Boilly, 75016 Paris)

  • Collections privées : chefs-d’œuvre de l’impressionnisme au fauvisme (13 septembre 2018 – 10 février 2019)
  • L’Orient des peintres, du rêve à la lumière (7 mars – 21 juillet 2019)

Musée Jacquemart-André (158 Boulevard Haussmann, 75008 Paris)

  • Caravage à Rome, amis et ennemis (21 septembre 2018 – 28 janvier 2019)

Musée de l’Orangerie (Jardin Tuileries, 75001 Paris)

  • Franz Marc et August Macke, 1909-1914 (06 mars – 19 juillet 2019)
  • Félix Fénéon (16 octobre 2019 – 27 janvier 2020)

Fondation Yves Saint Laurent (5 Avenue Marceau, 75116 Paris)

  • L’Asie rêvée d’Yves Saint Laurent (02 octobre 2018 – 27 janvier 2019)

Petit Palais (Avenue Winston Churchill, 75008 Paris)

  • Fernand Khnopff (11 décembre 2018 – 17 mars 2019)
  • Paris Romantique (17 mai – 08 septembre 2019)

Musée Maillol (61 de la rue de Grenelle, 75007 Paris)

  • Alberto Giacometti (14 septembre 2018 – 20 janvier 2019)
  • La collection Bührle, Manet, Cézanne, Monet, Van Gogh… (20 mars – 21 juillet 2019)

Centre Pompidou (Place Georges-Pompidou, 75004 Paris)

  • Le cubisme (17 octobre 2018 – 04 mars 2019)
  • Vasarely (6 février – 05 mai 2019)
  • La préhistoire dans l’art moderne et contemporain (08 mai – 16 septembre 2019)
  • Dora Maar (05 juin – 29 juillet 2019)
  • Francis Bacon (11 septembre 2019 – 20 janvier 2020)
  • Boltanski (13 novembre 2019 – 16 mars 2020)

Musée d’art moderne de la Ville de Paris (11 avenue du Président-Wilson, 75116 Paris)

  • Zao Wou-Ki (01 juin 2018 – 06 janvier 2019)

Musée Picasso (5 rue de Thorigny, 75003 Paris)

  • Chefs-d’œuvre (04 septembre 2018 – 13 janvier 2019)
  • Picasso-Calder (19 février – 25 août 2019)
  • Picasso-Rodin

Bibliothèque Nationale de France (Quai François Mauriac, 75706 Paris)

  • Noir et Blanc, Chefs-d’œuvre de la photographie de la BNF (04 avril – 08 juillet 2019)
  • Tolkien

Musée d’art et d’histoire du judaïsme (Hôtel de Saint-Aignan 71 rue du Temple, 75003 Paris)

  • Héléna Rubinstein (20 mars – 25 août 2019)

Château de Versailles (Place d’Armes, 78000 Versailles)

  • Louis Philippe et Versailles (6 octobre 2018 – 03 février 2019)

Le quartier des hôtels particuliers, le noble faubourg et Saint-Thomas d’Aquin

Pourquoi n’y a-t-il qu’un numéro, le 9, dans la rue Sébastien-Bottin ?

Au XVIIe siècle, sur l’éphémère domaine de la reine Margot, est lancée la première opération immobilière privée de Paris. Un quartier nouveau d’hôtels particuliers devient le séjour des familles nobles qui délaissent le Marais ou Versailles, devenu trop

austère à leur goût. D’abord chapelle du noviciat des Dominicains, Saint-Thomas-d’Aquin devient l’église paroissiale du « noble quartier ». En retrait du boulevard Saint-Germain, elle passe souvent inaperçue ; elle renferme pourtant une intéressante collection de peintures baroques.

 

 

 

 

 

La visite guidée du quartier dure 2 h.

© Les Têtes de l’art – visites

Les artistes à Paris, le quartier de Montparnasse

Qui fut élève à l’Académie de la Grande Chaumière, avant de renoncer à la peinture pour se tourner vers une autre expression artistique ?

Dans un quartier de Paris longtemps resté champêtre, artistes et écrivains originaires du monde entier insufflent au début du XXe siècle une atmosphère de liberté et de création tandis qu’autour du carrefour Vavin, des établissements comme la Coupole, le Dôme ou la Rotonde perpétuent la tradition festive des anciens bals des barrières. La mutation de Montparnasse en quartier d’affaires dans les années 60, n’a pas mis fin à sa vocation artistique, ainsi qu’en témoignent les nombreux ateliers présents le long du parcours.

La visite guidée du quartier dure 2 h. La visite guidée peut inclure le cimetière Montparnasse et dans ce cas se trouve rallongée de 1h.

© Les Têtes de l’art – visites

Dans l’intimité du grand Colbert, le domaine départemental de Sceaux

Pourquoi Colbert a-t-il fait construire son château dans un style démodé ?

Si le château voulu par Colbert  à mi-course entre Paris et Versailles, détruit pendant la Révolution, a été remplacé en 1828 par le château actuel, le parc conserve l’ordonnancement dessiné par Le Nôtre à la demande du ministre. Au terme d’une restauration qui s’est étalée sur plus de 80 ans, le domaine de Sceaux, avec ses deux perspectives, son grand canal, ses vestiges du XVIIIe siècle  – tels le pavillon de l’aurore, les écuries, l’orangerie –  a retrouvé l’éclat du temps où il servait de cadre aux fêtes fastueuses données par la duchesse du Maine.

La visite guidée du domaine dure  1h30, 2 h ou 2h30.

© Les Têtes de l’art – visites

La campagne à la ville, le quartier de Charonne

Quelle est la rue de Paris dont le nom est le plus court ?

De son église médiévale qui trône au centre de son petit cimetière, aux jardins postmodernes en passant par les discrètes cités pavillonnaires du début du siècle dernier, traverser Charonne, c’est voyager dans le temps, au sein d’un des quartiers populaires de Paris qui a su garder une ambiance villageoise.

La visite guidée du quartier dure 2 h.

© Les Têtes de l’art – visites

Architecture moderne et arbres centenaires, Le Parc Montsouris et ses abords

Pourquoi certaines plaques d’égout du quartier sont-elles scellées ?

Bénéficiant du relief accidenté des anciennes carrières de pierre qui servirent à bâtir le centre de Paris, le parc Montsouris est représentatif des espaces verts haussmanniens, avec ses paysages reconstitués. Si nombreux sont les Parisiens qui viennent y admirer sa collection d’arbres remarquables, peu savent que ses abords offrent bien des surprises, qu’il s’agisse des maisons de carriers nichées dans des oasis de quiétude aujourd’hui très recherchées, des logements populaires inspirés des doctrines hygiénistes du début du XXe s., ou des villas signées par les grands noms de l’architecture de l’entre-deux guerres, où nombre d’artistes, tels que Braque, Foujita, Dali… installèrent leur atelier.

La visite guidée du quartier dure 2h00.

© Les Têtes de l’art – visites

Chez saint Denis, Montmartre

Dans quel maquis se cache le rocher de la sorcière ?

Le Sacré-Cœur, les rapins de la place du Tertre, les cabarets qui tentent d’entretenir la tradition ont transformé la Butte Montmartre en carte postale pour touristes. Mais il suffit de s’écarter un peu de ces hauts-lieux pour retrouver, au delà du folklore, l’ambiance particulière de l’un des derniers villages de Paris où, du Moyen Âge aux bouleversements des XIXe et XXe siècles se retrouve l’histoire de la cité.

La visite guidée du quartier dure 2 h. La visite guidée peut inclure le cimetière Saint-Vincent ‎ et / ou le Cimetière de Montmartre. Dans ce cas, la durée de la visite est rallongée de 30 minutes pour chacune des options.

© Les Têtes de l’art – visites

Tous les jardins du monde, le jardin Albert Kahn

Où se trouve le Mont Fuji ?

Porté par un idéal humaniste et pacifiste, le banquier Albert Kahn décide de mettre son immense fortune au service de la connaissance de l’humanité. À cette fin, il envoie des associations savantes aux quatre coins de la planète et  les balbutiements du cinéma scientifique. Mais son grand œuvre reste le jardin qui porte son nom, un condensé de l’art des jardins du monde par lequel il reconstitue aux portes de Paris la variété des paysages proches et lointains.

capture-decran-2016-10-12-a-15-54-25

La visite guidée du jardin dure 1 h 30.

 

 

 

 

 

 

 

© Les Têtes de l’art – visites

Dans l’intimité du maître, le Musée Victor Hugo

Qui est Shu Zhan ?

capture-decran-2016-10-12-a-12-33-36Dans la maison de la place des Vosges qu’occupa l’illustre maître avant son exil sont évoquées sa vie et sa carrière. Derrière le monstre sacré de la littérature française se profile l’homme intime : depuis l’exil à Guernesey jusqu’à son lit de mort, le parcours présente les meubles dans lesquels « Totor » a vécu tout en retraçant son œuvre peint. Pensé par un proche de l’écrivain, le musée revient aussi sur le drame de sa vie à travers une vitrine entretenant le souvenir de Léopoldine, l’enfant chérie.

La visite guidée de musée  dure 1 h 15.

© Les Têtes de l’art – visites